Bienvenue au Printemps photographique de Pomerol

Un écran géant sur lequel défilent des photographies commentées en direct par leurs auteurs. Et pas des moindres, jugez plutôt : Jean Gaumy (membre de l’agence Magnum), Sabine Weiss (celle-là même qui fut surnommée « la petite sœur de Doisneau »), Françoise Huguier (multilauréate du Prix de la Villa Médicis), Denis Dailleux (membre de l’agence VU), Richard Dumas (portraitiste de dimension internationale)… Et ceci n’est qu’un échantillon très réduit des pointures qui ont marqué de leur empreinte les précédents Printemps photographiques de Pomerol.

Initié par Stéphane Klein, lui-même photographe, ce festival est né en mars 2010 grâce à une belle synergie entre la mairie de la prestigieuse commune girondine, son syndicat viticole et l’association « Images et Lumières ». Pourquoi ce Printemps, qui s’est vu décerné un label d’intérêt communautaire par la communauté d’agglomérations du Libournais, est-il devenu en quelques années « la plus importante manifestation organisée à Pomerol », selon les propres mots de son maire, Jean-Luc Barbeyron ?

Sans doute parce qu’ici, la photo est traitée avec le respect dû à son rang. Pas d’effets de mode, pas d’invités qui buzzent après un tour de passe-passe éphémère. Le style passe ici par la nécessité. Celle d’une véritable image construite, qui dégage une émotion loin de toute vulgarité et qui porte un regard humaniste sur le monde. Celle, aussi, d’un travail de fourmi en amont, avec une sélection rigoureuse des images pour qu’il y ait une vraie cohérence de projection. Mais l’exigence n’est pas élitiste à Pomerol. Et les photographes présents savent faire preuve de pédagogie en excluant l’excès de précisions techniques pour que les spectateurs entrent de plain-pied dans leur logique de création et comprennent les conditions de réalisation des images qu’ils ont devant les yeux.

Au fil des éditions, l’événement a grandi : de nouveaux lieux ont permis d’accueillir un plus large public et quelques nouveautés se sont immiscées dans la programmation, comme ces photos grand format installées au cœur du vignoble ou encore un partenariat désormais noué avec la ville de Libourne, l’occasion d’ainsi élargir son territoire avec une exposition d’un mois dans la superbe Chapelle du Carmel.